fbpx

Aider son bébé à marcher à 4 pattes : les solutions

Contrairement à ce que l’on peut entendre dans les conversations, la marche à 4 pattes est d’une importance capitale. Pour moi, il est clairement un passage obligé pour le bon développement d’un bébé, aussi bien son développement moteur, intellectuel, postural…. . À quel âge un bébé se déplace-t-il à 4 pattes ? En moyenne, les bébés apprennent à faire du 4 pattes autour de 8 – 9 mois. Certains commencent aux alentours de 6 mois, d’autres plus tardivement vers 10 mois et certains jamais. Au sein de mon cabinet pour de nombreux parents, leur donner quelques pistes pour aider leur bébé à marcher à 4 pattes est une demande qui revient finalement assez souvent. On a tendance à croire que les bébés doivent d’abord arriver à s’asseoir avant de se lancer dans le 4 pattes. Si vous laissez l’enfant évoluer sans lui imposer de position, la position assise va venir après la marche à 4 pattes. L’enfant va maîtriser cette position avant le 4 pattes, si et seulement si un adulte l’assoit. L’enfant doit passer de la position horizontale à la position verticale et non l’inverse. D’autant plus que s’il commence à s’asseoir,  il n’aura plus l’envie d’explorer le sol. Les phases motrices du ramper et du 4 pattes sont pour cette raison essentielles. Ne brûlez donc pas les étapes en incitant votre petit à se tenir assis. Il n’est pas prêt.  De plus, certains de ses réflexes archaïques (qui vont lui servir pour se lancer à 4 pattes) ne sont pas encore enclenchés. C’est le cas du réflexe parachute spécifique pour le 4 pattes qui va permettre au bébé de poser les mains quand le nez s’approche du sol. Le 4 pattes va également continuer l’inhibition du réflexe tonique symétrique du cou, principal réflexe retrouvé dans les difficultés d’apprentissage. Les différents mouvements vont permettre à l’enfant d’exprimer des séquences motrices réflexes. L’enfant s’entraîne, se muscle et progresse dans les étapes de son développement moteur. Découvrez maintenant les solutions pour aider son bébé à marcher à 4 pattes. 

Pourquoi marcher à 4 pattes est-elle une étape essentielle pour le bébé ? 

Comme je vous l’ai déjà énoncé, pour moi l’étape du 4 pattes est une étape importante. Malheureusement, certaines habitudes et modes de vie comme installer son bébé régulièrement dans un siège auto, un cosy ou un transat dans lesquels ils sont trop harnachés et assis viennent entraver son bon déroulement. Et on entend le discours comme quoi le marche à 4 pattes n’est finalement pas si important. Comprenez que lorsqu’ils sont stabilisés dans tous ces sièges, ils sont imobiliser et n’ont pas assez de temps pour expérimenter les mouvements au sol. Il me semble donc important de vous rappeler pourquoi marcher à 4 pattes est fondamental pour le développement d’un bébé. 

Ramper sur le ventre demande au bébé d’engager le bras et la jambe du même côté, puis du côté oposée. Marcher à 4 pattes implique davantage de compétences. Les bras et les jambes des côtés opposés bougent ensemble et se croisent. Le bébé commence à activer son cerveau droit et son cerveau gauche.Schema croisée que l’on retrouvera dans la marche humaine.  Ils apprennent à communiquer l’un avec l’autre pour déployer les futures fonctions cognitives nécessaires au mouvement volontaire.  

Voici en quelques points pourquoi l’étape du 4 pattes est essentielle. Marcher à 4 pattes permet : 

  • d’ouvrir la main sur le sol pour la préparer à la motricité fine et la prise en main plus tard d’un crayon pour écrire -> inhibition du réflexe d’agrippement 
  • de préparer la colonne vertébrale, les hanches, les lombaires et les chevilles à la station debout et plus tard à la marche -> création de la courbure lombaire et cervicale. Courbure qui nous différencie des grands singes. 
  • continue le mouvement de l’occiput sur les cervicales, qui nous peremt d’avoir un occiput à l’horisontal une fois adulte qui selon certain antropologue serait liée avec une meilleur irigation du cerveau et le developpement de celui-ci. contrairement au grand singe et a certain ado qui concerve un occiput oblique sur les cervicales. 
  • de dissocier les deux côtés du corps : essentiel pour marcher, pédaler à vélo et nager.  
  • de renforcer les fonctions cognitives du cerveau -> communication entre cerveau droit et gauche. 
  • de perfectionner la coordination main-pied et oeil-main. 
  • de préparer aux  futurs apprentissages… 

En fonction de ce que vous observez sur l’évolution motrice d’un bébé, voici quelques exercices pour l’aider à marcher à 4 pattes. 

Bébé a 8 mois, il se retourne et rampe, mais il n’arrive pas à marcher à 4 pattes, comment l’aider ? 

Si votre enfant se retourne, mais qu’il n’arrive pas à mettre en route ses muscles pour ramper, puis marcher à 4 pattes, il faut consulter un ostéopathe pour rechercher le point de blocage. Il est possible que le réflexe de parachute ne soit pas assez présent et que le réflexe d’agrippement persiste. Comment cela se manifeste-t-il ? Pour le réflexe de parachute, lorsque le nez du bébé s’approche du sol, il ne sait pas poser ses mains pour se rattraper. Le bébé écarte les bras et se casse la binette. Il est nécessaire que le bébé accepte le contact de la main sur le sol. 

Pour avancer à 4 pattes, les bébés déploient deux stratégies. La première consiste à relever les fesses en arrière. Pour la seconde, ils poussent sur leurs mains. Mais avant le 4 pattes, le bébé passe du temps à balancer son corps d’avant en arrière. C’est sa manière de s’exercer pour se mettre en position du 4 pattes sans avancer. À plat ventre, le bébé lève sa tête, il contracte ses abdominaux, ses bras se tendent et ses jambes fléchissent pour se mettre en position du 4 pattes. 

Pour stimuler le réflexe parachute, deux possibilités. On installe le bébé sur nos genoux et on exerce une pression sur son thorax ou on le fait basculer d’un côté puis de l’autre. Son réflexe, dit de protection, va se mettre en route. D’un côté, il mettra sa main, de l’autre son poing. À force de le déséquilibrer, il va finir par mettre ses mains pour se rattraper et accepter plus facilement le contact des mains sur le sol. 

Si son réflexe d’agrippement persiste (main fermée), il faut alors les aider à déplier chaque doigt puis la main pour leur faire sentir le sol. Au bout de trois ou quatre fois, il commence à poser un peu leurs mains au sol.  Pour faire monter leurs fesses, d’autres enfants manquent de forces abdominales. Dans ce cas, des petits exercices de renforcement musculaire vont l’aider à relever les fesses depuis le plat ventre.  

Mais d’autres facteurs peuvent être responsables du non-passage à 4 pattes. Il peut s’agir d’une raideur ou d’une position déséquilibrée héritée d’un accouchement long et difficile ou du simple fait d’avoir subi une contrainte dans le ventre de la mère. Quelques techniques d’ostéopathies et des étirements suffisent parfois à décoincer une articulation, un muscle, une hanche, un pied, etc., et le bébé poursuit normalement son développement moteur. À cet âge, ils ne sont plus des nourrissons, ils fonctionnent aussi par imitation. Ainsi, s’il vous voit marcher à 4 pattes, cela l’aidera plus facilement à se lancer. 

D’une part,  laissez-lui du temps pour expérimenter des choses au sol. De cette manière, il se muscle et inhibe en même temps ses réflexes. D’autre part,  encouragez-le dans ses progrès et soyez présent pour répéter les exercices d’ostéopathie (donnés par un professionnel formé) qui assouplissent davantage son corps.

Bébé a 10 mois, se déplace sur les fesses et ne se retourne pas seul, comment l’aider à marcher à 4 pattes ? 

Si un bébé de 10 mois se déplace sur les fesses, il est évident qu’il a manqué l’étape du 4 pattes, mais aussi celle du retournement et du ramper. Il y a des solutions pour l’aider ! L’ostéopathe vérifie d’abord si le bébé souffre d’une plagiocéphalie. Il s’agit d’une déformation de la tête appelée aussi le syndrome de la tête plate. En effet, cet aplatissement du crâne aurait des conséquences posturales. Il entraîne chez le bébé des tensions musculaires au niveau du dos et des jambes. Ces tensions peuvent l’empêcher de se retourner : une étape importante avant le ramper et la marche à 4 pattes. 

Si ce n’est pas un problème de plagiocéphalie, il faut ensuite vérifier la position du thorax et du dos. Très souvent, ces bébés ont le thorax très plat et très élargi, ils ont perdu leur courbure et on du mal à ce retourner. On vérifie aussi la mobilité de la tête. L’enfant doit être capable de regarder en haut en bas et sur les côtés pour organiser son déplacement. Avant de stimuler les réflexes de parachute et d’agrippement, le bébé doit d’abord apprendre à se retourner. L’objectif est de le retourner en lui faisant faire des mouvements avec les jambes pour qu’il découvre cette posture jusqu’à présent inconnue. À plat dos , faites rouler sur la droite et inversement en pliant une de ses jambes. Réalisés à plusieurs reprises, ces exercices vont l’aider à dégager les hanches et à étirer sa tête pour inhiber le réflexe tonique symétrique du cou, c’est le passage à plat ventre qui permet l’inhibition de ce réflexe. Une fois le retournement acquis il sera possible de l’accompagner vers le 4 pattes. Il s’agira ensuite de stimuler son réflexe de parachute (comme expliqué plus haut) pour qu’il puisse marcher à 4 pattes. 

Mon dernier conseil est de ne surtout pas mettre un bébé sur les pieds. Cela active le réflexe de l’inhibition de l’appui et le réflexe de marche automatique constatés à la naissance. Ces réflexes doivent s‘intégrer pour permettre au bébé de bouger son tronc et ses bras pour acquérir la marche volontaire en respectant les étapes du développement moteur. 
Vous souhaitez en savoir davantage sur les étapes du développement moteur du bébé, le mouvement qui soigne a créé des formations en périnatalité qualifiante pour les professionnels et une offre de coaching à distance spécialement pour les parents, avant l’accouchement et jusqu’aux 12 mois de l’enfant.

Leave a Reply